L’innovation est une action primordiale en économie car elle constitue le socle d’une entreprise, notamment, en ce qui concerne sa capacité à se développer et à gagner en compétitivité. Une étude, consacrée à ce sujet et réalisée par le cabinet Yuman, fait ressortir que 80 % des meilleurs produits qui seront sur le marché dans 10 ans ne sont pas encore inventés. C’est dire l’immense potentiel de l’innovation !

Innovation collaborative ou participative :

L’innovation collaborative (ou participative ou ouverte) représente une réelle alternative pour éliminer les contraintes budgétaires par les économies qu’elle permet de réaliser. C’est pour cette raison qu’elle obtient un succès qui ne cesse de se démentir auprès des PME.
Elle rend possible le développement de synergies créatives entre les diverses parties concernées et permet de prendre conscience du potentiel de l’intelligence collective.
L’innovation collaborative se base sur la notion, évidente, qu’en étant plusieurs on est plus fort. L’union, c’est la force, c’est bien connu ! Elle favorise aussi le développement des récentes avancées dans les domaines de la communication et de l’information. Le développement de projets communs constitue sa base. Ces projets ont pour but de réaliser un lien entre une entreprise et ses fournisseurs, ses clients, et, parfois, ses concurrents.

Innovation interne ou externe ?

L’innovation collaborative est interne ou externe. Elle est interne lorsqu’elle unit les divers services d’une seule entité. On la qualifie d’externe dans le cas où elle relie une entreprise et ses partenaires extérieurs. Dans les deux cas de figure, elle permet l’optimisation des activités d’innovation, la mutualisation des coûts et la diminution des risques.

Ses contradictions :

Il faut, toutefois, signaler que certaines contradictions surgissent lors du développement de l’innovation collaborative, notamment celle de la propriété intellectuelle. Pour illustrer ce propos, imaginons un partenariat d’innovation entre deux entreprises. Les questions qui se posent sont celles-ci : quelle entreprise récoltera les fruits de l’innovation ? Laquelle sera la propriétaire du brevet éventuel ?
Certains demandent une réforme pour contrer les effets négatifs liés aux règles de la propriété intellectuelle. Pour ce faire, de nombreuses solutions existent. Il n’en est pas moins évident que l’innovation collaborative a de beaux jours devant elle et que nous abordons une période où le travail contributif tiendra une place prépondérante.


L’innovation collaborative et les grandes entreprises :

Un nombre grandissant d’entreprises se lancent dans l’innovation collaborative.
C’est le cas de Solvay, qui, pour mettre au point de nouveaux produits chimiques, a finalisé des partenariats avec des laboratoires pharmaceutiques.
Coca Cola et la NASA ont fait appel à la crowd et à l'open innovation pour développer leurs produits et services. La crowd innovation agit par le biais de sondages, d’appels à internautes ou de concours de talents. Elle engendre un gain de temps et l’implication des consommateurs pour le développement de produits bel et bien attendus sur le marché.
La SNCF utilise fréquemment l’innovation collaborative, de façon interne, via des campagnes de sondages. Ses salariés doivent répondre à des questions précises sur la qualité, les défauts ou les améliorations possibles des services proposés.
L’innovation collaborative possède donc plusieurs visages, très différents, selon les partenaires sollicités.